Amour·Développement personnel

Syndrome de Fortunata: ces femmes qui aiment les hommes interdits.

7782625287_infideliteQui a déjà entendu parler du syndrome de Fortunata? Ce syndrome peu connu de nom est pourtant bien réel et présent dans notre société et cela depuis des siècles.

D’abord, d’où provient le nom de Fortunata et qu’est-ce que c’est réellement?

Le terme « syndrome de Fortunata » provient du roman de Benito Pérez Galdós Fortunata y Jacinta, grande œuvre de la littérature espasgnole du 19ème siècle, et désigne une certaine dépendance émotionnelle que développe certaines femmes envers des hommes mariés.

Ce roman raconte l’histoire de Juanito Santa Cruz marié à Jacinta et qui entretient une relation extra conjugale avec une autre femme nommée Fortunata, avec laquelle il aura deux enfants.

Le terme « syndrome de Fortunata » s’emploie pour décrire une manière d’agir, de penser et de sentiments ressentis par les femmes qui ont l’habitude de s’attacher à des hommes mariés. Il ne s’agit en aucun cas d’une maladie ou d’un quelconque trouble psychologique, mais, d’une certaine forme de dépendance émotionnelle.

1. Caractéristiques communes des femmes souffrant du syndrome de Fortunata.

couple
elvis-ma

Des expériences cliniques ont révélé certains éléments communs caractéristiques des femmes souffrant du « syndrome de Fortunata » et que Galdós dans son œuvre décrit au travers de la psychologie de Fortunata.

  • Une des premières caractéristiques de ces femmes est qu’elles ont le profond sentiment de croire que leur relation avec cet homme marié est authentique et durera toute la vie.
  • Elles pensent que l’amour que l’homme ressent pour elles est plus fort que celui qu’il a pour sa femme.
  • Elles sont prêtes à tout faire et tout sacrifier pour cet homme marié qu’elles idéalisent.
  • Elles pensent que leur vie n’a pas de sens si elles ne sont pas avec l’homme en question et refusent tout autre relation.
  • Elles éprouvent de la haine et de la rancoeur pour cette femme qu’elles jugent leur avoir volé cet homme qui « leur appartient ».

Voici des petits extraits du livre qui décrivent les pensées de Fortunata envers Jacinta: « Pourquoi m’as-tu enlevé ce qui était à moi ?… et si Dieu faisait justice, il te placerait à cet instant même où je suis, et moi à ta place, grande voleuse … « .

« Ton mari est le mien et je dois te l’enlever… Ton mari est le mien et tu me l’as volé… comme on vole un mouchoir. Dieu est témoin, et si non, demande-lui… A cet instant précis, quitte-le ou tu verras, tu verras qui je suis… »

Ces passages décrivent bien la haine qu’entretient Fortuna envers Jacinta.

  • Elles pensent être la femme légitime, l’unique et croient dure comme fer que se sont elles les victimes. Elles ne remettent pas en question l’idée qu’elles puissent s’immiscer dans un couple. Pour elles la coupable c’est l’autre.
  • Mais, d’un autre côté, elles entretiennent un sentiment ambivalent de devenir comme l’autre, de se renseigner sur elle, de vouloir sa vie.

« Je la déteste et j’adore la regarder, …., j’aimerai lui ressembler, être comme elle, et tout changer chez moi pour être comme elle. »

  • Dans l’œuvre de Galdós, Fortunata finit par tomber enceinte de son amant et finit par croire qu’avoir des enfants avec lui la rend légitime.

« Epouse qui n’a pas d’enfant, n’est pas vraiment épouse. »

couple marié
sweet-ice-cream

Ceci met en lumière pourquoi les femmes souffrant du syndrome de Fortunata ont des enfants avec le mari d’une autre. C’est, à leurs yeux, le moyen de devenir légitime. En effet, ni le sacrement du mariage devant Dieu, ni un mariage civil, ni les années passées que forme le couple ne rendent légitimes leur union; et trouvent, ainsi, tous les prétextes bons pour discréditer cette relation.

  • Les hommes mariés auront beau mettent leurs maîtresses de côté quand ils s’ennuieront d’elles ou pour sauver leur couple, ils auront beau rester auprès de leur épouse, les femmes souffrant du « syndrome de Fortunata » continueront de les aimer coûte que coûte en gardant la croyance d’être la femme légitime.
  • Ces femmes fantasment constamment à un avenir avec l’homme qu’elles considèrent leur appartenir.
  • Elles croient qu’il s’agit d’une coïncidence si l’homme est marié et ont la croyance que celui-ci quittera leur épouse quoi qu’il arrive, ce qui leur permet de supporter la situation.

2. Ce qui se cache derrière ce syndrome.

femme triste
dennis-alvear-perez

Les femmes souffrant de ce syndrome sont des femmes:

  • souffrant d’anxiété,
  • souffrant d’insécurité personnelle,
  • ont une faible estime d’elles-mêmes,
  • ont des besoins narcissiques insatisfaits,
  • ont été élevé de manière à s’auto-sacrifier, à faire passer leurs besoins en dernier,
  • ont des modèles éducatifs de dépendance,
  • ont, parfois, des troubles de la personnalité…

Un complexe d’Œdipe mal réglé durant l’enfance serait à l’origine du « syndrome de Fortunata ».

Selon le psychanalyste Sigmund Freud, le complexe d’Œdipe est le premier triangle amoureux qui est vécu très jeune. En effet, un petit garçon aimerait et aurait de l’attirance pour sa mère et voudrait prendre la place du père. Pour les petites filles, le complexe est appelé le Complexe d’Electra. La petite fille serait amoureuse de son père et voudrait prendre la place de sa mère. Pour résoudre ce complexe, il faut qu’il y ai interdiction de l’inceste. L’enfant accepte et comprend qu’il est impossible d’être avec le parent du sexe opposé.

17762065-22157577Les femmes souffrant du « syndrome de Fortunata » auraient mal réglé leur complexe d’Œdipe. Elles recréent avec leur partenaire ce triangle amoureux. Cette autre femme est comme leur mère qu’elle souhaite destituer pour prendre leur place.

Tant qu’elles n’auront pas réglé ce complexe et n’en auront pas pris conscience, elles recréeront des situations identiques.

Il est, alors, conseillé à ces femmes qui souhaitent se sortir de ces relations de souffrance d’entamer une thérapie.

Conclusion.

femme réfléchit
tyler-nix

Que tu sois une femme attirée par un homme marié ou que tu aies eu affaire à ce genre de femme, la visée de cet article est de comprendre ce syndrome, soit pour réussir à se sortir de ce genre de relations qui mèneront à la souffrance ou de comprendre une femme ayant agit ainsi.
Si tu as souffert d’une personne ayant détruit ta relation, il est important pour pouvoir apaiser ta colère et retrouver une paix intérieur de comprendre l’autre. On peut passer toute sa vie à haïr une personne ou retrouver la paix en soi pour avancer.

Ici est traité uniquement le « syndrome de Fortunata », mais, les hommes entretenant ce genre de relations et trompant leur femme pourrait faire l’objet d’un autre article.

Pour aller plus loin (clique sur les images)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s