Education

Ma fille sera une femme heureuse (mon fils sera un homme heureux).

Nos chers enfants, notre chair, notre sang, nous voulons tout ce qu’il y a de meilleur pour eux. Nous avons des rêves plein la tête, nous leur souhaitons toute la réussite qu’ils méritent. Nous sommes sensibles à ce qui leur arrive. La preuve en est: il existe mille et un livres sur les différentes méthodes pour éduquer ses enfants.

mère enfant

Or, une chose est sûre, nous savons que nos enfants ont pour modèle leur parent. Mais, sommes-nous de bons modèles? La clé de tout cela ne se trouverait-elle pas là?

Sois toi-même une femme heureuse.

Depuis la naissance de ma fille j’ai eu un « déclic », une prise de conscience. Pour celles qui me suivent, vous savez que c’est à partir de ce moment-là que j’ai repris  ma vie en main et qu’elle a commencé à changer… pour devenir la femme que je suis aujourd’hui. C’est-à-dire une femme heureuse qui a trouvé un sens à sa vie.

Quoi de plus normal, donc, de vouloir la même chose pour la prunelle de mes yeux.

J’ai toujours été investi dans l’éducation de ma fille, j’ai lu pas mal de livres et en y réfléchissant ma mère était ainsi. Quand j’étais enceinte, ma maman m’a donné tous les livres qu’elle avait, en passant des livres sur la grossesse à ceux sur l’éducation des enfants. Finalement, je reproduis un schéma.

Lorsqu’on grandit, nos premiers modèles sont nos parents. Nous ne savons faire autrement. Ce n’est que plus tard que nous ferons nos propres choix, que nous prendrons conscience du bon ou du mauvais comportement de nos parents, que nous pourrons réajuster notre manière de faire, notre vie. Mais, au tout début, ce que nous aurons appris nous vient de nos parents.

La meilleure chose que tu puisses faire pour que ton enfant soit pleinement heureux c’est d’être toi-même épanouie.

Une maman qui a confiance en elle, qui a foi et espoir en l’avenir est le meilleur modèle qui soit pour son enfant. Ton attitude, ton enthousiasme vis-à-vis de la vie est le premier exemple à lui donner. Certes, la vie n’est pas toujours facile, mais, sache lui insuffler que le bonheur n’est jamais loin.

mère fille

Par contre, il ne s’agit pas de vivre dans le monde des bisounours et de faire comme si tout allait bien quand, parfois, tout va de travers. Il ne s’agit pas de surprotéger tes enfants en leur faisant croire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Dans les moments plus difficiles (la perte d’un être cher, un divorce, une perte d’un emploi…) il ne faut pas cacher sa tristesse. Sans pour autant le considérer comme un adulte et lui parler de choses de grands, tu peux dire que maman n’est pas bien en ce moment et surtout lui dire que ce n’est pas de sa faute, que parfois cela arrive. Savoir lui expliquer que la vie est ainsi faite pour lui permettre de comprendre ce mal-être et le rendre, ainsi, acceptable.

Un jour, ma fille m’a surprise en train de pleurer. Sa maman , sa sécurité de base, celle qui la rassure, pleurait. J’ai pris le temps de lui expliquer que les adultes aussi peuvent être triste, qu’il y a aussi des choses qui nous font de la peine. Mais, surtout, que cela finira par passer, qu’il y a tellement de choses merveilleuses dans la vie. Tout comme elle, quand elle pleure, et que je lui explique qu’elle a le droit d’être triste ou en colère; les adultes c’est pareil.

Comme je te le disais, j’ai toujours eu à cœur l’épanouissement de ma fille. J’ai senti le véritable changement quand je suis devenue moi-même une femme heureuse.  Quand on se sent bien dans sa vie, on est plus patiente, plus compréhensive. On crie moins et on explique plus, on est moins concentré sur nos problèmes et plus présente pour nos enfants. Parfois, absorbées par nos soucis, nous n’écoutons plus ce que notre enfant nous dit, nous sommes « à demi présentes ».

Apprends à tes enfants à être heureux.

Grâce au développement personnel, j’ai complètement modifié ma vie et j’en ai fait part à ma fille. Ce n’est pas parce que c’est une enfant qu’elle ne comprendra pas.

mère enfant

Lui apprendre le goût de l’effort est très important, surtout pour les jeunes enfants qui ne fonctionnent que sur le mode plaisir. Par exemple, ma fille s’énervait car elle n’arrivait pas à faire de vélo sans les petites roues, elle était prête à abandonner, en voyant les autres cela lui paraissait si facile de tenir en équilibre et de pédaler. En lui faisant comprendre qu’il faut, parfois, essayer à plusieurs reprises avant d’y arriver. L’exemple qui a été parlant pour elle, c’est quand je lui ai raconté comment elle a appris à marcher. Je lui ai dit qu’elle avait essayé plusieurs fois, qu’elle était tombé à plusieurs reprises avant d’y arriver et qu’ heureusement elle n’avait pas abandonné sinon elle ne marcherait pas à l’heure qu’il est. Lui apprendre la patience avant de voir les résultats. Je n’ai pas hésité à lui raconter l’ histoire de Thomas Edison qui a inventé l’ampoule électrique et qui a échoué plusieurs fois avant d’y arriver. Sans lui, nous n’aurions pas la lumière à la maison. Ma fille adore ces petites histoires d’Hommes qui ont persévéré et ont changé notre monde.

Apprends-lui, aussi, que le bonheur se trouve dans les choses simples de la vie. Lui apprendre la gratitude de ce que l’on a. Tu as tes parents, une maison , une chambre avec des jouets, alors que certains n’ont pas tout cela. Savoir remercier la vie pour ce que l’on a, pour les moments passés en famille où l’on se sent bien. J’adore quand ma fille me dit assise sur la plage au bord de l’eau : »On est bien là, maman, on a de la chance. » Mais, encore une fois, pour enseigner la gratitude fautil encore que toi_même tu sois consciente de la chance d’avoir ce que tu as.

Autre chose qu’il me semble important de lui enseigner est que les rêves peuvent devenir réalité, qu’il faut y croire et travailler pour. J’enseigne à ma fille que le monde est rempli de personnes qui ont réalisé de grandes choses, qui ont inventé des choses qui semblaient folles et qui grâce à eux ont amélioré notre vie.

Conclusion. mère fille sapin

La meilleure chose que tu puisses faire pour tes enfants et pour qu’ils deviennent eux-mêmes épanouis et heureux, c’est d’être toi-même ce modèle. Sois la femme que tu rêves d’être, qui s’épanouit et qui réalise ses rêves, qui travaille pour ses buts et vibre pour sa vie.

Voici un petit livre que je te conseille si tu es intéressée par

l’éducation des enfants. La manière dont nous éduquons nos enfants est le résultat de notre histoire personnelle. Pourquoi tant de passions se déchaînent lorsqu’il est question d’éducation ? Parce qu’au-delà des théories il y a notre inconscient. Nos blessures, notre histoire. Nous aimerions ne trouver en nous, pour nos enfants, qu’ amour et tendresse. Ce n’est pas si simple. L’objet de cette passionnante enquête d’Isabelle Filliozat est de mieux comprendre ce qui se joue en nous lorsque nous hurlons contre Paul ou nous trouvons incapable de dire non à Julie. Elle propose des pistes et des exercices pratiques pour ne plus se sentir coupable de ne pas y arriver…  Afin de retrouver la liberté d’être le parent que nous désirons être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s